LE CRI de Nicolas Beuglet

51ip04ozzwl-_sx195_

Résumé :

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultra secrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

Mon avis :

Le résumé et ce que je pouvais attendre de ce livre laissait présager une lecture emplie d’adrénaline et de frissons.

Je pense que j’attendais trop aux vues des avis encensants que j’avais pu lire de droite et de gauche.

Le début m’a complètement embarqué dans cette histoire. Le cadre et le contexte du meurtre, déjà me donnait envie de tourner les pages sans m’arrêter. Mais j’ai été perdue en cours de route. L’inspectrice, avec ses airs supérieurs m’a quelque peu agacée. Et j’ai trouvé l’intrique bien trop longue et ponctuée de retournements qui m’ont laissés sur place. Dommage… car la fin méritait d’être lue et je ne regrette toutefois pas d’être allée jusqu’au bout de l’histoire pour savoir le pourquoi du comment.

Ce ne sera pas un coup de cœur pour moi du fait de sa longueur et de l’antipathie que j’ai ressentie face à un des personnages principaux.

Publicités

2 réflexions sur “LE CRI de Nicolas Beuglet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s