PORTRAIT D’AUTEUR Michael Fenris

 Michael Fenris16640536_398065067208642_2111671286192637907_n

Pour ce premier portrait d’auteur, nous allons découvrir Michaël Fenris. J’ai eu l’occasion de le découvrir sur Facebook quand j’ai acheté son roman…. Il a très gentiment accepté de jouer le jeu. Et je l’en remercie infiniment. Je lui ai demandé de se présenter, de parler de son métier d’écrivain, de ses goûts en lecture, etc….

Mais je vous laisse le découvrir ……

*************************************************************************

Michael Fenris, 49 ans, marié et père de 3 enfants. Mon métier, médecin généraliste en région parisienne, en cabinet de groupe, ce qui me permet d’avoir aussi du temps pour écrire.

En règle générale, j’écris plus ou moins tous les jours, plutôt les soirs et la nuit. Quand je suis inspiré, je tourne à dix-douze pages par jour. J’écris toujours plus récits en même temps, un principal, et un ou deux autres en secondaire, qui me servent de relais si je cale sur le premier.
Je n’ai pas de plan d’écriture particulier. Je note sur un carnet quelques idées lorsqu’elles me passent par la tête, pour pouvoir y revenir éventuellement. Une ébauche de synopsis. Après, je ne travaille avec aucun plan. Lorsque je commence je ne sais pas toujours comment le récit va se dérouler, et certaines idées peuvent changer en cours de route, certains personnages vivre alors qu’ils devaient mourir, d’autres l’inverse. Si un chapitre me bloque, je l’abandonne et je passe au suivant, pour y revenir ensuite.

J’écris beaucoup, énormément même, après tout n’est pas nécessairement bon, je garde et je vois au fur et à mesure. Depuis fin 2015, date de sortie de Feuilles, j’ai écrit 5 romans de 3-400 pages, 6 romans « de poche » , et une vingtaine de nouvelles. Je n’ai pas de thématique préférée, j’aime écrire un peu de tout, mais il est certain qu’écrire un polar ou un thriller est plus « facile » par rapport aux chances de trouver un public. Mais j’aime aussi l’horreur et l’épouvante classique, et le roman noir. Mon rêve serait de pouvoir écrire dans tous les domaines. Je pense d’ailleurs me tourner vers l’auto éditions pour certains livres.

Mes auteurs préférés viennent de tous les horizons. Dans les plus anciens, j’ai toujours été fan de Lovecraft, Jean Ray et surtout William Hope Hodgson.Sans oublier Jules Vernes Actuellement, mes deux préférés sont Stephen King et Michael Connelly. Je suis fan de Murakami, fan de Raymond Chandler qui représente la quintessence du roman noir. J’ai eu la chance, l’honneur même, de rencontrer celui qui m’a donné envie le jour de mes onze ans d’écrire non stop, Henri Vernes, le créateur de Bob Morane, un homme merveilleux et plein d’humour de haut de ses 98 ans. J’aime aussi beaucoup la bande dessinée et j’ai pu rencontrer quelques uns de ses dignes représentants, passé et récent.

Pour l’instant, mes deux premiers romans ont été publiés chez Prisma, qui m’a fait confiance alors que les deux ne sont pas des histoires très classiques. Feuilles est sorti en novembre 2015 et Le Syndrome Noah en Novembre 2016. Ils sont trouvables à peu près partout, le réseau de distribution de l’éditeur étant particulièrement vaste. Je n’ai pas de livres en stock, il faut que je les commande pour pouvoir les revendre à ceux qui me les demande. Je peux effectivement les envoyer, après je préviens toujours que, compte-tenu qu’ils font plus de 3 centimètres je suis obligé de passer par Colissimo et que l’envoi revient cher… Mais je peux aussi envoyer un petit MP et une dédicace indépendante par la poste.

 ********************************************************************************

Résumé des livres :

– Feuilles : À Hope Falls, petite ville américaine isolée au milieu d’une immense forêt, près de la frontière canadienne et des anciens territoires algonquins, tout est régi par Vernon Krueger. Maire, directeur de la plus grosse scierie de la région et propriétaire de la moitié de la ville, cet homme peu scrupuleux n’hésite pas à déforester sans aucune considération pour la nature environnante. Jed, son bras droit, cautionne de moins en moins ses pratiques douteuses, et tente vainement de préserver la forêt. Un phénomène étrange se produit alors : les feuilles des arbres commencent à tomber et, portées par un vent inhabituel, envahissent sans fin la ville, jusqu’à la recouvrir dangereusement. L’inquiétude s’empare peu à peu des habitants coupés du monde par ces murs de feuilles mortes et la tempête, à mesure qu’ils perdent tout contrôle sur des événements de moins en moins naturels. Tandis que l’angoisse grandit et que les habitants de Hope Falls plongent dans un véritable enfer auquel ils vont devoir survivre coûte que coûte, secrets enfouis et véritables caractères se révèlent au plus mauvais moment. Jed prend la tête des équipes de secours, mais bientôt il devra accepter l’incroyable et se résoudre à suivre ses intuitions… Tension, suspens, mystère, une intrigue qui se déroule à la frontière du surnaturel, et vous tient en haleine de la première à la dernière… feuille.

 – Le syndrome Noah : Noah Gibson, banquier, mène une vie tranquille avec Suzanne dans leur maison des quartiers populaires de New York.
Un soir, alors qu’il descend dans la cave chercher le barbecue, il entend soudain un sifflement suraigu, accompagné d’une onde de chaleur incandescente qui le traverse.
Quand Noah reprend connaissance, tout le monde a disparu.
Il se retrouve seul au monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s