PORTRAIT D’AUTEUR Azel Bury

azel

Pour ce nouveau volet des portraits d’auteurs, j’aimerai vous présenter une auteure spéciale pour moi. Il s’agit de Azel Bury. Je l’ai connu grâce à son livre « La femme qui tua Stephen King »… bein oui, le titre me parlait bien …..

Et puis, je suis allée sur son mur Facebook, j’ai longtemps observé, sans rien dire, pour voir qui était « celle » qui avait tué le maître ! lol ! Et j’ai trouvé une personne super, gavée d’humour avec une sensibilité énorme et un cœur gros comme ça …. Mais ce portrait n’est pas le mien alors je vous vous laisser la découvrir.

********************************

Azel Bury en bref :

couverture Azel

– La Femme qui tua Stephen King
La Baie des Morts ( Irma&Adriel 1 )
– Orisha Song ( Irma&Adriel 2 )
– De l’amour comme s’il en pleuvait
– De l’amour et des anges.

———-

A paraître :

– Le Lac ( Irma&Adriel 3)
– La Maison de Poupée ( nouvelles )

Site internet : www.azelbury.org Mail : azelbury@gmail.com

Page Amazon : https://www.amazon.fr/Azel-Bury/e/B00OORFO6U

Kobo : https://www.kobo.com/fr/fr/search…

———-

– Comment as-tu eu l’envie d’écrire ?

Il me semble que j’ai toujours eu envie de raconter des histoires. Je ne me considère pas comme un « écrivain » , car je trouve que ce terme devrait être réservé à la littérature. Je n’écris pas de littérature, j’écris des fictions. Je suis une storyteller.

– Comment s’est passé le parcours de l’écriture à l’édition ?

Il s’est presque fait à l’envers, car j’ai aidé bénévolement quelques années ( en tant qu’éditrice ) plus de 40 auteurs à l’autoédition, papier à l’époque, les ebooks arrivaient à peine dans le paysage internet et n’étaient pas très à la mode. Dans le cadre de ce projet, nous devions tester des imprimeurs à la demande – c’était très nouveau aussi – j’ai donc écrit sur le vif, et sous forme de farce, un petit roman sous formes de nouvelles ( c’est étrange mais c’est ça ! ) La Femme qui tua Stephen King, en trois mois, pour faire le cobaye… C’est un livre qui marche bien, je ne regrette pas ! Ensuite quelques années plus tard, j’ai tenté d’écrire un autre roman, ce fut la Baie des Morts, grâce à l’excellentissime MOOC « Draftquest, écrire une œuvre de fiction » et son concours de publication. Mon roman y a remporté le troisième prix, à ma grande surprise, donc j’ai continué sur ma lancée. J’ai bien fait non ?

– comment travailles-tu sur tes romans (comment tu prépares tes idées, te faut-il un endroit calme, tu relis beaucoup et tu modifies ou surtout au feeling) ?

Je travaille soit avec un plan détaillé que je recommence 100 fois lors de l’écriture, soit avec rien, au feeling, pour les petites romances et les nouvelles. Je suis bonne dans la spontanéité, donc je ne travaille pas trop mon style, ça vient comme ça vient. Par contre, pour les suspenses, oui je réécris beaucoup parce que j’aime la complexité de mes histoires, je ne suis pas très linéaire. C’est un gros boulot pour arriver à mener tout ça dans la cohérence. J’écris dans le silence, et tant mieux parce que dans ma tête ça fait bien assez de bruit …:)

– Quand tu te lances dans l’écriture de ton roman, combien d temps écris-tu par  jour ?

Alors ça dépend mais c’est une heure minimum. Ça peut aller jusqu’à 3 ou 4

heures mais après je suis vidée. Écrire, ça fatigue. C’est un vrai boulot de forçat.

– As-tu des moments dans la journée où tu préfères écrire ?

Non, du moment que je suis seule et au calme ça me va. Mais je préfère la nuit. Je sais que je ne serai pas dérangée.

– Quand tu commences ton roman, as-tu déjà toute l’histoire en tête ou bien les idées arrivent-elles au fur et a mesure ?

J’aimerais bien avoir toute l’histoire en tête, c’est parfois ce que je crois. Mais comme chacun sait, les personnages n’en font qu’à la leur, de tête, et c’est compliqué. On avance donc avec l’enquête. J’apprends tout comme mes héros : au fur et à mesure.

– As-tu des rituels quand tu te mets à écrire ?

Pas particulièrement, non. Si ce n’est ma tasse de café.

– Quelles sont tes sources d’inspiration dans l’écriture ?

J’ai beaucoup lu jusqu’à la naissance de mes enfants. Après ça s’est tassé. On dira que j’aime le roman noir et/ou fantastique. Stephen King, Ellroy, Eco. Mais plein d’autres. J’écris des histoires dont je rêve des fois, ou que j’imagine qu’on me raconte, je m’amuse beaucoup. Par contre, pendant la phase d’écriture : JE NE LIS RIEN. Je ne veux pas être influencée. Je veux avoir le champ libre et oublier toutes références.

– Qui sont tes premiers lecteurs ?

Il y a des lecteurs qui m’accompagnent depuis quelques années. Ce seront peut-être les derniers aussi ?:D Si on parle de bêta lecture, alors c’est mon mari le tout premier, au moins pour les thrillers. Ensuite vient mon petit comité de lecture, qui sont des amis numériques et/ou auteurs ( mais pas virtuels ! ) , pas nombreux mais efficaces, je pense à Alex Red, Anne-Cerise Luzy et Catherine Choupin en particulier. On s’aide mutuellement, ce sont des partenaires précieuses et nécessaires !

– Si tu devais citer un auteur que tu ne te lasse pas de lire, ce serait lequel ?

Il y en a plein, je vais pas les nommer. Mais par contre, je me lasse de lire, désolée de le dire, comme je me lasserai d’écrire un jour… Ah c’est pas beau de vieillir ! 😀

– Quel est le plus beau compliment que tu ais reçu concernant un de tes livres ?

Chacun des commentaires positifs sur mes romans sont des compliments délicieux, je ne m’en lasse pas. Le plus beau compliment : « Continue à écrire » ! Voilà, là, tout est dit.

– Y’a t’il un thème que tu aimerais aborder dans un de tes futurs romans et un autre thème sur lequel tu n’écriras jamais ?

Ah bonne question ! J’aime bien tout ce qui est fantastique, bien sûr, les magies, les mythologies… le champ des possibilités est sans fin. J’aborde toujours un sujet grave dans mes histoires : le trafic d’humain, la maltraitance etc. Bon, je sais pas. J’aimerais écrire une histoire qui fout vraiment les jetons ! Mais c’est dur … ! C’est plus facile de faire rire.
Je sais que je n’ écrirais jamais de gore pour le gore, ou de sexe pour le sexe, par exemple, mais on ne doit jamais dire « fontaine,… » Après je n’ai pas de tabou particulier , ma seule limite est celle de mon aisance, de ma méconnaissance ou de mon ouverture d’esprit : si je suis mal à l’aise avec un sujet , je n’écris pas dessus. Par exemple : le foot . Je n’écrirai jamais de bouquin sur le foot.😀

– Comment choisi-tu les couvertures de tes livres ?

Je les fabrique moi-même, et en général c’est ce que je fais en premier, avant l’écriture du livre. Ça me met une image mentale à laquelle je me raccroche, qui me recadre aussi. Je ne sais pas si elles plaisent mais bon en tout cas ce n’est pas mon métier, donc je fais du mieux que je peux !:)

– Travailles tu à côté de l’écriture, ton métier ?

Non je ne travaille pas. Je suis maman de trois enfants, c’est du boulot aussi ! 😀 Je n’ai pas de métier, pas de diplôme, seulement quelques certificats de MOOCs divers et variés et trois ans d’informatique au CNAM. Je suis autodidacte pour tout ce que je fais.

– Quelles sont tes passions en dehors des livres ?

Alors soyons honnête je ne suis pas une personne qui se passionne longtemps. Ouais : je vais tenter le macramé (ou autre chose), donc je vais faire du macramé pendant quelques mois, intensément, et puis après je jette tout à la poubelle, hein…:D La seule chose que j’arrive à faire depuis quelques années, c’est écrire. On verra bien où ça nous mène…

Publicités

3 réflexions sur “PORTRAIT D’AUTEUR Azel Bury

  1. Ping : LA MAISON DE POUPÉES de Azel Bury – Au Fil des Livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s