PORTRAIT D’AUTEUR : Sébastien Théveny

19179268_10207231258818294_1460406021_o

Pour continuer dans nos portraits d’auteurs, je vais vous présenter aujourd’hui Sébastien Theveny que j’ai rencontré sur Facebook …. Je devrai certainement commencer son livre  ce mois-ci …. Mais laissons lui la parole !!!!!

 

Commençons par l’état-civil ? Qui suis-je ?
Un homme. 40 ans.
Marié, 2 enfants.
Un rien de cheveux blancs…
Ok rassurez-vous, je ne vais pas vous faire tout le portrait en vers rimés ! Si ? Vraiment, vous insistez parce vous adorez la poésie ? Bon, moi aussi et j’en parlerai plus loin.
Je vis dans un magnifique coin de notre très beau pays : la Franche-Comté aux paysages apaisants et inspirants.

Mon rapport à la lecture ?
C’est bateau de dire ça mais j’ai toujours aimé lire (on se croirait à la cérémonie des Miss France « j’adore la lecture, les pingouins de l’Antarctique et la crème fouettée sur les fraises Tagada »). Il parait que tout petit j’avais toujours un dictionnaire dans les mains ou un journal local. Je me souviens aussi avoir lu beaucoup de BD et que ma tante, adhérente à France Loisirs, m’offrait chaque mois un volume de l’encyclopédie de la nature. Bref, bien entouré par l’objet-livre depuis tout jeune, j’ai depuis ce temps-là toujours eu un livre dans les mains. Certains m’ont marqué au point de ne jamais les avoir oubliés (L’enfant Noir, de Camara Laye, lecture de collège ; La Mousson ; Regain, de Jean Giono ; Jessie, mon premier Stephen King à 13 ans…)
Aujourd’hui je lis de tout au point qu’il serait réducteur de citer un genre ou des auteurs en particulier… Toutefois je me risque à évoquer Stephen King, Amélie Nothomb, Jean Teulé, Jules Verne, Victor Hugo, Frédéric Dard, Alexandre Dumas, Max Gallo, Janet Evanovich et Madeleine Wickham en VO, Arturo Perez-Reverte, Carlos Ruiz Zafon en VO aussi, etc..
J’aime aussi découvrir des premiers romans d’amis auteurs…
J’ai redécouvert il y a quatre ou cinq ans le plaisir de la bande-dessinée et des romans graphiques qui aujourd’hui ont pris une importance considérable dans le panorama littéraire.
Enfin, pour clore ce sujet (oh là là je suis bavard..), j’ai un rapport terrible à la lecture dans le sens où je suis incapable de me séparer d’un roman lu… au grand dam de ma femme et des murs de mon chez-moi qui croulent sous déjà plus de 2600 ouvrages… Du coup, incapable aussi d’emprunter un livre en bibliothèque puisque par définition je devrais le rendre… Trop dur l’addiction ! Vous connaissez ça, vous autres…

Mon rapport à l’écriture ?
C’est bateau de dir…. Ah je l’ai déjà faite celle-là ! Plus sérieusement je crois avoir écrit ma première petite nouvelle vers 11 ou 12 ans, sur une machine à écrire semi-traitement de texte, en vacances chez ma tante (la même qu’au paragraphe précédent !). C’était une histoire sur la boxe (j’étais fan de Rocky à l’époque !), suivie d’une autre plutôt fantasy.
Après quoi j’ai suivi des études littéraires, un peu par hasard ou défaut puisque je voulais être pilote de chasse mais pour ça il aurait fallu que je ne sois pas fâché avec les matières scientifiques…
Mais là : révélation ! J’avais trouvé ma voie ! J’ai surkiffé le lycée et l’étude des textes littéraires.
A la réflexion, j’adorais aussi le samedi matin au collège : le jour de la rédaction.
J’en conclus donc c’était là mon destin. Alors, quand je regarde en arrière je me dis : ok, c’était écrit que je devrais écrire !

Comment j’écris ?
A la main ! Oui, à l’ancienne. Enfin, pas à la plume d’oie non plus, hein ! Pas sur du papyrus ! Non, avec un stylo ou un critérium sur des petits bloc-notes. J’ai déjà essayé d’écrire directement sur écran mais je sens que je ne tape pas suffisamment vite pour suivre le fil de la pensée. Ou plutôt, je suis persuadé que ce qui ressortirait serait différent, et dans mon cas, moins bien. Alors cela prend du temps ! Ecrire puis taper… Et puis n’aimant pas tellement lire sur écran (je ne suis pas prêt d’avoir une liseuse !), je préfère pouvoir relire mes manuscrits bien que j’aie une sacrée écriture de cochon qui parfois me semble hermétique, soyons honnêtes !
J’écris à n’importe quel moment mais j’aime particulièrement le faire au restaurant le midi ou dans un bistrot. Ou parfois le soir, la télé allumée. Paradoxalement, écrire dans le bruit m’aide à m’isoler, je suis comme dans une bulle. Ecrire dans le silence devant une page blanche m’angoisserait !

J’écris quoi ?
J’ai écrit des nouvelles, des contes pour enfants, des débuts de scénarii…
Arrivé au mitan de ma vie, je me concentre sur deux axes d’écriture, pour moi indissociables : les romans et les recueils poétiques. J’ai besoin de ces deux types d’écriture très différents. Sachant que le roman est purement de la fiction tandis que je me livre beaucoup plus dans les poèmes que j’écris « avec les tripes ».

J’ai publié quoi, à ce jour ? De quoi ça parle ?

Page auteur sur Amazon : https://l.facebook.com/l.php…

Trouble Je, roman, 2016, Editions Douin

Trouble je

« Lorsque Léo apprend la mort tragique de ses deux parents dans un accident de la route, c’est tout un pan de sa vie qui s’en trouve bouleversé. A la perte humaine, cruelle, s’ajoute la découverte, au-travers de documents, d’un passé bien éloigné de l’idéal affiché par cette petite cellule familiale. Une famille à l’histoire trouble où chacun aura eu son prix à payer…
Léo part à la rencontre des secrets de son véritable passé et d’un avenir auquel il ne s’attendait sûrement pas !»

Ce qu’on en dit : Doté d’une écriture intelligente et subtile, presque féminine dans la sensibilité et la compréhension intime du don de la vie, Sébastien Théveny, signe ici son premier roman.

Mêlant habilement suspense, amour et secrets de famille mais évitant toujours l’écueil du sentimentalisme, du voyeurisme ou de toute vulgarité, Trouble Je est à la fois le roman initiatique d’un héros en quête de ses origines et celui d’une réflexion philosophique sur la question de la procréation médicalement assistée.

La question de la complexité des sentiments amoureux et de la nécessité absolue de s’abstenir de tout jugement sont présents tout au long de ce récit qui ne tombe pourtant jamais dans les affres d’un discours prude ou moralisateur. Véritable texte à tiroir, sans aucun artifice technique, Trouble Je est admirablement conçu sans céder à la facilité des dénouements sans fin.

En vers… et contre tout, recueil poétique, 2016, auto-édition

En vers et contre tout

L’auteur du roman Trouble Je livre ici le résultat de son autre passion : la poésie. Considérant celle-ci comme l’expression plus intime de ses peurs, ses espérances, ses coups de cœur, Sébastien Theveny explore dans ce recueil les thèmes de la famille, de l’amour, de la nature et de l’écriture. La mort du père est très présente, comme si l’introspection en vers était une nécessité pour l’auteur afin d’exorciser ses démons… Passant du léger au grave, En Vers et Contre Tout vous fera rire, pleurer et vous émouvoir. Les poèmes sont accompagnés de photos qui donneront au lecteur une image mentale à laquelle s’accrocher pendant la lecture des poèmes.

Vers…tige, recueil poétique, 2017, auto-édition

Vers...tige

C’est l’histoire d’un homme.
De sa naissance jusqu’à sa mort.
De l’émergence de son désir jusqu’à son extinction…
De son rapport à son propre corps.
De sa recherche du plaisir.
De son rapport aux femmes.
De son besoin de leur donner du plaisir.
C’est la musique des mots.
C’est le rythme des phrases.
C’est la saveur du verbe.
C’est presque un roman…
C’est de la poésie…

Et après ? On fait quoi ?

Eh bien pour le moment je suis à l’écriture de mon deuxième roman que j’espère pouvoir livrer à la gourmandise de mes lecteurs fidèles pour la rentrée de septembre. Les critiques reçues suite à la publication de Trouble Je et des recueils poétiques m’incitent à me mettre au boulot, puisqu’il paraît que vous en redemandez !
Cette nouvelle histoire devrait également explorer les secrets de famille, notamment sur le thème de la fratrie… Ou quand un accident n’est pas toujours fortuit…

Publicités

2 réflexions sur “PORTRAIT D’AUTEUR : Sébastien Théveny

  1. Ping : TROUBLE JE de Sébastien Theveny – Au Fil des Livres

  2. Ping : UN FRÈRE DE TROP de Sébastien Theveny – Au Fil des Livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s