PORTRAIT D’AUTEUR : Damien Barsacq

image portraitPour ce nouveau portrait d’auteur, je vais vous présenter Damien Barsacq

Par un jour ensoleillé sur un vide grenier, j’ai aperçu un jeune homme qui tenait un stand pour son livre. Vous connaissez mon attirance pour les « nouveaux » auteurs et surtout les auto édités… Et bien, j’ai pris mon courage à 2 mains et je me suis approchée pour papoter un peu avec lui. Je suis donc vraiment très heureuse qu’il ai accepté de jouer le jeu de la présentation ……

Je vous souhaite une belle découverte à tous !

Bonjour à toutes et à tous !

Je m’appelle Damien Barsacq, j’ai 31 ans. Je suis originaire des Landes et vis actuellement dans une ville côtière du nom de Mimizan.

Autant être honnête, l’écriture n’était pas quelque chose de prévue. Mais un besoin de comprendre ce monde, de donner du sens m’a poussé dans cette direction. J’ai un parcours scolaire plutôt atypique. Je n’ai pas le brevet des collèges. A l’âge de 23 ans, j’ai décidé de reprendre des études pour me prouver que j’en étais capable. J’ai donc effectué un DAEU B (« équivalent » bac S) et par la suite, j’ai entamé un cursus en psychologie pendant quatre années. J’ai arrêté après trois mois de Master 1 pour me consacrer à l’écriture. Mon souhait au départ était de poursuivre en doctorat notamment sur le système scolaire mais, je me suis rendu compte au fil des années que le milieu universitaire est formaté ; tout comme le fait que si je continuais, c’était – encore – pour me prouver que j’en étais capable. Un jour, au lieu d’aller en cours, je suis allé au cinéma voir le film « Interstellar » de Christopher Nolan. J’ai compris à ce moment là, ce qui allait animer le reste de ma vie.

S’ensuit, deux années d’écriture intensive (je changeais d’orientation et dans ma tête, il n’était aucunement envisageable de ne pas aller au bout. D’ailleurs, je m’étais fait la promesse de ne pas arrêter, tant que le livre ne serait pas au niveau auquel je pensais pouvoir l’amener). J’ai donc passé deux années – il faut le dire – solitaire, dans ma bulle, à travailler pratiquement sept jours sur sept. Entre les recherches, lectures et écritures… Des petits boulots à mi-temps m’ont permis de subvenir à mes besoins. Le roman fut terminé officiellement le 14 novembre 2016.
Mes inspirations sont multiples : l’expérience, l’observation, la lecture : en particulier des livres techniques (psychologie, sociologie, philosophie, anthropologie, archéologie, physique, etc.) sinon des bandes dessinés, comics. Enfin, tout ce qui touche au divertissement (cinéma, séries, jeux vidéo, musique, etc.)

Pour la version papier du livre, le choix s’est porté sur un imprimeur pourvu du label Imprim’vert (forêts contrôlées et ancre traitée). Il ne pouvait en être autrement en tant qu’écrivain un minimum responsable.

En conclusion, raconter des histoires est devenue pour moi un moyen d’approfondir mon raisonnement, de faire des recherches sur des thématiques en particulier, pour par la suite les faire partager.

couverture livre

Résumé du livre : Une Route Solitaire (roman d’anticipation)

En 2050, dans le Maryland aux États-Unis, un jeune couple s’apprête à devenir parents. Leur progéniture viendra les lier par le sang, eux, et leur famille respective. Tous se démènent, traversent ce vaste monde, telle une plaine qu’ils arpentent depuis leur début. Comme tout un chacun, cet unique repère, une route déblayée par les anciens, à l’enrobé d’une impressionnante justesse et au marquage prégnant et rassurant. C’est la route de la reproduction des schémas, des règles, des codes ; sans quoi l’idée de la parcourir par un itinéraire inconnu, non validée par des traversées précédentes – comme si cela devait déjà être écrit –, laisse rapidement poindre une crainte : celle de la solitude, d’un état de déséquilibre, de n’avoir aucun contrôle. Après neuf mois de gestation, ce miracle attendu vient s’inscrire dans une histoire déjà commencée, et au passage, adoucir leur réalité. Une expérience sensitive débute alors pour ce petit être. Une route technologique, sociale, et paradoxalement, solitaire.

Trois points principaux :
1.Le développement d’une personne du fœtus à l’âge adulte afin de montrer l’influence de la famille, de l’école, des personnes que l’on rencontre ainsi que la nature elle-même sur ce que l’on devient.
2.L’impact de la technologie sur nos vies. Comment nous interagissons entre-nous par son intermédiaire, tout comme son influence quant à la vision du monde qui nous entoure.
3.La notion de la solitude dans le sens où l’on se voit grandir, vieillir. On sait que l’on existe et que l’on va mourir. Nous sommes perpétuellement confrontés à des choix. Nous avons une réalité qui nous est propre. L’objectif final ? Montrer ce que l’on fait de nos vies, ce après quoi on cours… avec pour méta-analyse le comportement de notre espèce dans son ensemble.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s