LA TRESSE de Laetitia Colombani

9782253906568-001-T

J’ai lu des retours excellents sur ce roman, j’ai vu des retours le plébiscitant … Et bien ! Nous avons lu le même livre ??? Je pense qu’il y a du avoir 2 versions et j’ai du lire la 2ème…

Il se lit vite mais je cherche encore son intérêt. Je ne suis pas une personne particulièrement émotive avec ce genre de récit. Je n’ai ni était touchée par l’histoire, ni par les personnages.

Je me lasse de tous ces récits qui parlent de combat pour s’offrir une vie meilleure, je me lasse du mélo drame au fil des pages…. Chacun porte sa croix et elle lourde à porter pour chacun de nous.

J’aspire à du dépaysement dans mes lectures, pas à une recherche de pseudo émotion. Cela m’apprendra à lire en fonction des autres ! Je vais plutôt suivre mes envies à moi !

Alors ne vous affolez pas sur vos claviers ! Je donne ici mon ressenti PERSONNEL fondé sur mes critères. Et puis la richesse d’une lecture, c’est de se faire son propre avis dessus non ?

Résumé :

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

2 réflexions sur “LA TRESSE de Laetitia Colombani

  1. Je pensais être la seule à ne pas avoir apprécié, tu me rassures. ^^ J’aime les parcours de vie, les contextes difficiles et les luttes, mais j’aime aussi que ce soit creusé et là, pour moi, c’est surtout un travail de surface qui parfois peut minimiser les épreuves réelles. Bref, bof. Et ce côté « quand on veut on peut » m’agace profondément.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s